Les enseignants aiment leur métier mais sont déçus par leur rémunération

Sep 11

Les enseignants aiment leur métier mais sont déçus par leur rémunération

L’Unsa a publié son baromètre des métiers de l’éducation, portant sur une étude de plus de 16 000 personnes.

Les résultats indiquent que les enseignants et personnels éducatifs aiment leur profession à 94%, mais qu’ils ne sont pas satisfaits de leurs conditions de travail.

L’analyse montre également de grandes disparités en fonction de l’âge, du sexe, du métier, de la catégorie, du territoire.

– 18% des professeurs des écoles, femmes de -35 ans, sont en accord avec les choix politiques contre 50% des personnels de catégorie A+ de plus de 55 ans.

– 9% des fonctionnaires de catégories C jugent leurs perspectives de carrière satisfaisantes, contre 48% des personnels de direction.

Les professeurs des écoles et leur métier

Les points positifs :

  • 95% aiment leur métier
  • 82% sont heureux d’exercer leur profession
  • 79% pensent que les missions qui leur sont confiées ont du sens pour eux

Les points négatifs :

  • 76% constatent un manque de reconnaissance et de respect dans leur pratique professionnelle
  • 87% n’envisagent pas de façon satisfaisante leurs perspectives de carrière
  • 69% n’estiment pas leurs conditions de travail satisfaisantes
  • 91% pensent même qu’elles se sont détériorées au cours de cette dernière année
  • 89% pensent que leur rémunération n’est pas à la hauteur de leur qualification
  • 61% enfin ne conseilleraient pas à un jeune d’exercer leur métier

Les professeurs des écoles et l’avenir

François Hollande a donné la priorité à l’enseignement, et si des créations de postes sont prévues, les effets ne sont pas encore sensibles et risquent d’être limités.

Les enseignants gardent la foi, même si 37% d’entre eux souhaitent changer de métier dans les prochaines années dans le secteur public et 20% dans le secteur privé.

Enfin les professeurs orientent leurs priorités : en particulier, ils veulent améliorer leur pouvoir d’achat, diminuer leur charge de travail et et voir leurs perspectives de carrière ne plus stagner.

Source : étude de l’Unsa-Education 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *