Les iPads vont remplacer les enseignants

Août 22

Les iPads vont remplacer les enseignants

L’école du futur est aux Pays-Bas. Aujourd’hui, beaucoup d’écoles utilisent l’iPad comme outil d’apprentissage, mais quelques-unes d’entre elles vont mener l’expérience encore plus loin en proposant un iPad comme seul compagnon de classe à des élèves de 4 à 12 ans.

Il n’y aura pas de tableaux, pas d’horaires, mais est-ce la fin de la classe ?

Think different

C’est bien la philosophie de Steve Jobs qui a bouleversé l’industrie de l’informatique, l’industrie de la musique et le monde des téléphones mobiles. Il avait prévu d’apporter un changement radical dans les écoles et chez les éditeurs de manuels scolaires, but qu’il n’a pu atteindre en raison du cancer qui l’a fait disparaître trop tôt.

Ces idées ont germé. C’est ainsi, qu’à partir de ce mois d’août, onze écoles « Steve Jobs » doivent ouvrir leurs portes aux Pays Bas, dont Amsterdam qui fait partie des villes qui se sont lancées dans cet enseignement 3.0. Quelques 1000 enfants âgés de 4 à 12 ans vont fréquenter les écoles, sans cahiers, ni livres ou cartables. Chacun d’entre eux, cependant, aura son iPad. Fini les ardoises, les craies, les salles de classe, les professeurs principaux, les cours formels, les plans de leçon, les stylos, les enseignants au devant de la classe, les réunions parents-professeurs, les notes, les sonneries de récréation, les journées scolaires fixes. Quoique… Les enfants pourront choisir ce qu’ils souhaitent apprendre ou découvrir.

Ces premières écoles font des envieux et des jaloux mais aussi des sceptiques face à ces éducateurs réformistes.

Concrètement, comment cela fonctionne-t-il ?

Les écoles Steve Jobs sont ouvertes de 7h30 à 18h30 chaque jour ouvré. Les enfants y viennent comme ils veulent, avec toutefois l’obligation d’être présents de 10h30 à 15h00. Les écoles sont fermées pour Noël et Nouvel an. Les familles des enfants pourront partir en vacances quand elles le souhaitent, aucun enfant ne pourra être inquiété de manquer la classe puisqu’elle n’existe plus au sens traditionnel du terme.

iPad aux Pays-BasLes enfants vont apprendre, en appelant une application sur leur iPad, qui deviendra un manuel scolaire interactif, multimédia. Des outils spécifiques sont chargés sur les iPads, tel sCoolProjects.

Le programme est plus patient que toute personne ne pourrait le faire, et l’apprentissage peut devenir un jeu, avec des bruits ou des animations amusantes. Dans chaque exercice, les enfants sont corrigés de la même manière que s’ils utilisaient un jeu sur ordinateur. Ils n’ont plus à travailler des chapitres entiers comme auparavant. L’objectif est d’atteindre le niveau suivant dans le programme d’apprentissage et selon son rythme propre. L’enseignant n’est plus le transmetteur de connaissances, il a maintenant un nouveau rôle celui de facilitateur d’apprentissage et soutien auprès d’élèves qui rencontreraient des difficultés passagères.

Ipad à l'école

La journée scolaire ne se termine jamais vraiment. En effet, les élèves sont invités à travailler sur leur iPad à la maison, le week-end ou en vacances. Mais autant le programme offre la liberté et la continuité, il est livré avec un composant de surveillance importante, l’iDisk Learning Tracker. L’iPad informe en permanence parents et enseignants sur ce que les enfants font, ce qu’ils ont appris et comment ils progressent. Si par exemple, une application mathématique n’est ni agréable ni réussie, l’enseignant peut en charger une autre, l’offre sur l’App Store est suffisamment riche.

L’écran n’est pas présent 24h sur 24

Les mathématiques, les compétences en lecture et compréhension de texte sont les bases de l’école élémentaire. La belle écriture est devenue une compétence secondaire, réservée soi-disant aux élèves laborieux.

Les enfants ne sont pas en permanence devant leur écran, ils mènent une vie parfaitement normale. Le dessin, le travail manuel, les activités physiques font également partie du quotidien.

Toutes les 6 semaines, les enseignants, les enfants et les parents décident ensemble ce qui doit être atteint dans la période d’apprentissage suivante. Ils se rencontrent alors à l’école ou virtuellement via Skype. L’époque ou parents et enseignants se voyaient 10 minutes une fois par an est révolue dans les écoles Steve Jobs.

Une volonté de changement

Selon un parent qui a inscrit ses deux enfants dans une telle école, « les élèves ne seront plus influencés par les professeurs ni par des leçons formatées. Ils resteront ce qu’ils sont. »

L’initiateur des écoles iPad à Amsterdam est le chercheur Maurice de Hond. Depuis 1965, il programme des ordinateurs. C’est sa fille Daphné, née en 2009, qui lui a ouvert la voie de l’iPad. A l’âge de trois ans, elle a appris a dessiné des lettres à l’aide d’une application sur iPad. De Hond a été très surpris de tout ce que sa fille est maintenant capable de faire avec cet appareil, sans effort, à son rythme. « Nous vivons une révolution des petits enfants », dit-il. Constatant que sa fille apprend naturellement, il se demande alors pourquoi sa fille devrait se sentir à l’école « comme dans un musée » « préparant des enfants à un monde qui n’existe plus ».

En 2011, de Hond engage une « révolution » aux Pays-Bas. En quelques semaines, des enseignants frustrés et des dizaines de parents se joignent à lui. Ils écrivent un manifeste pour les écoles iPad. Des groupes indépendants établissent des écoles iPad. Selon un sondage publié par le quotidien De Volkskrant, tous les partis représentés au Parlement soutiennent l’idée de base.

« Unstoppable »,

le mouvement est impossible à arrêter. Les écoles recevront des financements publics et seront ouvertes à tous les enfants. Si des parents ne peuvent acquérir un iPad faute de moyens, ils recevront une subvention d’un fonds de solidarité. Un point noir subsiste encore, le fait de s’appeler « Ecoles Steve Jobs » n’a pas reçu d’autorisation officielle et les organisateurs s’attendent à un réaction des avocats d’Apple.

Pas de commentaires

Rétrolien/Ping

  1. Ce qui change pour cette rentrée scolaire - Letroisg | Letroisg - […] On est encore bien loin de l’enseignement individualisé via le numérique comme dans certaines écoles des Pays-Bas, mais il…
  2. La majorité des Français pense que les tablettes numériques sont utiles à l’école, mais… - Letroisg | Letroisg - […] leurs enfants et l’apprentissage se fait par le numérique ou des associations de quartier. Les écoles du futur se…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *