Rentrée scolaire 2013

Août 21

Rentrée scolaire 2013

Cette rentrée verra la mise en place de la réforme pour une partie des communes françaises.

La réforme

Depuis des décennies, le débat sur les rythmes scolaires ne cesse d’animer la société. En 2008 avait été instaurée la semaine de quatre jours et cinq ans plus tard, on revient au point de départ ou presque. Après de nombreuses concertations sur le nombre de semaines de classe (38 au lieu de 36), le nombre de jours par semaine, le nombre d’heures par jour, le résultat se réduit à passer de quatre jours de classe par semaine à quatre jours et demi. La journée de classe ne doit pas excéder 5h30 et la pause méridienne ne doit pas être inférieure à 1h30. Même si la journée va comporter une demi-heure de classe en moins, les enfants seront tout de même pris en charge dans les mêmes locaux, la plus part du temps. La question des rythmes scolaires se réduit-elle à ces aménagements à minima, qui de surcroît risque de coûter de l’argent au contribuable ? L’avenir dira si les enfants en tireront bénéfice au niveau de leur équilibre et de meilleurs apprentissages. Les écoles privées ne sont pas concernées par le dispositif de la mise en place de la nouvelle semaine, et pourtant elles vont êtres bénéficiaires des mêmes subventions que les écoles publiques !

La mise en place à la rentrée 2013

L’organisation de la semaine est décidée au niveau départemental par le Directeur académique des services de l’éducation nationale (DASEN), mais des dérogations peuvent être accordées aux maires ou présidents d’EPCI après présentation de projets modifiant la durée de la journée de classe, le choix du samedi ou du mercredi.

4000 communes ont choisi la mise en place de la réforme en septembre 2013. Seules 28 ont choisi le samedi matin travaillé. Si 22% des écoliers seront concernés par cette nouvelle semaine, on peut observer de grandes disparités selon les départements. En effet, en Ariège ce seront plus de 98% des écoles contre moins de 1% dans les Bouches-du-Rhône.

Les communes vont proposer des activités selon deux emplois du temps majoritaires :

  • chaque jour les cours s’arrêtent plus tôt, et des activités culturelles et sportives sont proposées ;
  • une ou deux demi-journées sont allégées et des ateliers périscolaires de 1h15 à 1h30 sont mis en place.

Cette deuxième solution pose question : si la journée de classe ne doit pas dépasser 5h30, comment peut-on alléger seulement une, voire deux demi-journées, sans dépasser les quotas horaires ? Egalement, comment ne pas alourdir le temps d’attention de l’enfant ? Dès les premiers échos de ces modes de fonctionnement, nous ne manquerons pas de nous y intéresser.

Une deuxième interrogation : le financement (voir également l’article consacré à ce financement). Ce sont les caisses d’allocations familiales qui vont financer une partie de ce nouveau fonctionnement, à hauteur de 53 euros par an et par enfant. Qui va payer, ou quelles autres prestations risquent-elles d’être réduites ?

Enfin, même si la semaine est légèrement modifiée, le calendrier scolaire annuel est quant à lui figé jusqu’à la fin du quinquennat et sans doute plus. Beaucoup prennent souvent modèle sur l’Allemagne, pourquoi ne pas alors s’intéresser sur ce zonage des vacances ; ou encore des Pays-Bas qui n’ont que six semaines de grandes vacances.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *