Concours de recrutement des professeurs : une nouvelle fois, tous les postes ne sont pas pourvus

Juil 06

Même si le ministère de l’Education nationale refuse toute idée de « crise de recrutement », beaucoup de postes ne sont pas encore pourvus cette année.

Le premier degré, toujours les mêmes déficits

Comme c’est le cas, depuis maintenant 5 ans, les académies de Créteil et Versailles n’ont pas fait le plein. 775 postes ne sont pas pourvus à Créteil et 361 à Versailles.

Le concours supplémentaire, créé en 2015, devrait combler en partie ce déficit. Mais, une fois de plus, l’Education nationale devra faire appel à des contractuels inexpérimentés et non formés.

On se plaint d’une crise des vocations, des mauvais résultats de notre système éducatif comparés aux autres grandes nations. Que fait-on pour améliorer les choses ? Cela ne fait que se dégrader dans certaines académies, comme celles déjà citées ou Mayotte et la Guyane.

Le secondaire, ce n’est pas mieux

Les postes en anglais, en espagnol ou en sciences et vie de la terre sont tous pourvus, mais c’est un peu en trompe l’œil ; si les 949 postes anglais ont trouvé candidat cette année, l’an dernier il était proposé 1190 postes !

Quant aux maths (1068 reçus au CAPES pour 1183 postes), à l’allemand (151 reçus pour 275 postes) ou les lettres classiques (80 reçus pour 183 postes), il faudra sans doute recourir aux contractuels.

Le ministère pourtant satisfait

Pour le ministère la situation s’améliore. En regardant les chiffres de plus près, le ratio postes pourvus / postes ouverts s’améliore, c’est sans compter qu’il y a moins de postes proposés aux différents concours.

Enfin le ministre de l’Education souhaite développer le pré-recrutement et favoriser l’accès aux assistants d’éducation qui souhaitent devenir professeurs, ou encore attirer plus de jeunes issus de milieux défavorisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *