Petite histoire des rythmes scolaires

Sep 04

Petite histoire des rythmes scolaires

Les rythmes scolaires ont toujours défrayé la chronique, et surtout depuis un peu plus d’un an. Essayons d’analyser quels ont été leur évolution depuis Jules Ferry.

1882

La semaine d’école est répartie sur 5 jours : lundi, mardi, mercredi, vendredi, samedi.

Sous la IIIe République, avec les lois Ferry (1881 et 1882) qui instaurent l’école laïque, gratuite et obligatoire, les élèves travaillent cinq jours sur sept, avec une pause le jeudi, pour permettre l’organisation de la catéchèse en dehors de l’école.

1894

Les 30 heures hebdomadaires sont réparties sur 5 jours : lundi, mardi, mercredi, vendredi, samedi. L’année scolaire comprend 223 jours, soit 1 338 h.

Jusqu’à la première guerre, les élèves n’ont qu’un seul mois de vacances l’été. Celles-ci vont ensuite s’allonger, tandis que les vacances hors été vont faire leur apparition. Elles sont alors dictées par les calendriers religieux et agricole.

1922

Les 30 heures hebdomadaires sont toujours réparties sur 5 jours : lundi, mardi, mercredi, vendredi, samedi. Mais l’année scolaire ne compte plus que 213 jours, soit 1 278 h. Les vacances d’été sont allongées. Elles durent 8 semaines pour permettre la participation des enfants aux travaux agricoles.

1936

Avec l’arrivée du Front populaire et l’adoption des congés payés, les vacances sont prolongées jusqu’à fin octobre. Mais elles seront de nouveau raccourcies après les années 50, car les élèves manquaient de concentration.

1937

2 semaines de vacances sont ajoutées, pour le bien-être des enfants, mais aussi dans le but d’éviter une revalorisation du salaire des enseignants.

1938

Toujours 30 heures hebdomadaires sur cinq jours. L’année scolaire ne compte plus que 188 jours, soit 1 128 h.

1939

Les vacances d’été sont à nouveau allongées. Elles durent désormais 2,5 mois. Un calendrier scolaire est fixé avec les vacances intermédiaires de Noël et de Pâques.

1959

L’année scolaire est aménagée en 3 trimestres (soit 37 semaines de scolarité).

1961

Le calendrier des vacances (désormais centralisé) est fixé avec l’accord du ministre du Tourisme. A cette époque ( les Trentes Glorieuses) le niveau de vie des Français est en hausse.

1966

Légère réduction  de l’année scolaire avec 180 jours d’écoles, soit 1 080 h.

1968

Deux zones géographiques sont créées pour les vacances scolaires. Le zonage sera mis en place, pour faciliter la circulation sur les routes et dans les transports ferroviaires.

1969

En primaire, l’horaire hebdomadaire passe de 30 à 27 heures (fermeture des écoles le samedi après-midi). La semaine passe donc à 4,5 jours sur 180 jours, soit 975 h.

1972

Les durées hebdomadaire et mensuelle sont maintenues, mais la coupure du milieu de semaine sera le mercredi au lieu du jeudi. Il y aura donc classe les lundi, mardi, jeudi, vendredi et samedi matin.

Trois zones géographiques sont créées pour les vacances scolaires, sauf les vacances d’été.

1980

Un calendrier en zones pour les vacances d’été est testé.

Le Conseil économique et social rend un rapport qui souligne que la France est le pays où la durée des grandes vacances est la plus longue avec la journée scolaire la plus chargée. Pédiatres et chronobiologistes ( qui étudient à partir de la biologie les variations des phénomènes vitaux en fonction du temps) attirent l’attention sur la fatigue des enfants, surtout entre octobre-novembre et février-mars. On assiste à la mise en place d’une période de vacance de 10 jours. En 1985, un nouveau calendrier scolaire instaure l’alternance entre sept semaines de temps de travail et deux semaines de congé.

1981

Nouveau changement avec la déchristianisation des vacances. Les vacances de Pâques sont ainsi rebaptisées «de printemps». Sous l’impulsion des mouvements pédagogiques exigeant un rééquilibrage des vacances scolaires, les vacances d’été sont raccourcies (deux semaines de moins), au profit des vacances de la Toussaint (dix jours) et d’hiver, deux semaines. Les deux semaines de vacances de septembre disparaissent définitivement avec l’extinction de la petite paysannerie française.

1986

Le principe de l’alternance sept semaines de classe/deux semaines de vacances est appliqué durant un an.

1989

La loi d’orientation sur l’éducation (Lionel Jospin) fixe pour objectif le rééquilibrage de la journée, de la semaine et de l’année. On ne compte plus l’année scolaire en nombre de jours mais en nombre de semaines. L’année scolaire doit comporter 36 semaines de travail ; on ne décompte pas les jours fériés.

1990

En primaire, la durée hebdomadaire de la scolarité passe de 27 à 26 heures. En général un samedi sur trois est libéré.

1998

Le contrat éducatif local voit le jour. Celui-ci propose des activités périscolaires sportives ou culturelles le midi et le soir, en lien avec les collectivités locales.

2007

Avec l’arrivée de Xavier Darcos au ministère de l’Education, ce temps lié au CEL est en partie réaffecté au soutien pédagogique, avec des aides personnalisées pendant la semaine mais aussi pendant les vacances.

2008

En primaire, l’école le samedi matin est supprimée et l’horaire hebdomadaire est abaissé de 26 à 24 heures (+ 2 heures d’aide personnalisée pour une partie des élèves). Il n’y a plus que 144 jours de classe par an, soit 864 h.

2013

La semaine de classe revient à 4,5 jours, avec cours les lundi, mardi, mercredi matin (ou samedi sur dérogation), jeudi et vendredi. L’année scolaire compte de nouveau 180 jours de classe, mais toujours 864 h. Cela ne concerne pour le moment qu’un écolier sur cinq, les autres verront leur calendrier modifié en 2014.

Constat

On constate que les enfants sont de plus en plus fatigués et moins réceptifs en classe. Pour tenter de règler ce problème, on propose des solutions : allègement de la charge de travail, de la durée de la journée, du poids du cartable… Mais dans les faits, en un siècle le nombre d’heures de classes annuelles a été réduit d’un tiers ! Et c’est sans compter les fins d’années écourtées dans les collèges et lycées pour cause d’examen !

Le nombre d’heures de classe se réduit et pourtant on s’étonne que le niveau baisse, que les élèves ne maîtrisent plus ni la lecture, ni l’écriture et que la France est à la traine des pays de l’OCDE ! Mais ce nombre d’heures de classe est-il la seule cause réelle et unique de la détérioration de l’école en France ? La Norvège, classée en tête des pays européens ne compte que 693 heures de classe par an (864 pour la France) sur 190 jours. Elle obtient la 1e place en sciences (France : 22e), la 2e place en lecture (F : 19e) et la 2e en maths (F : 17e) selon le classement PISA. Un autre pays bien classé, les Pays-Bas, affiche l’année scolaire la plus chargée avec 970 heures de classe annuelles sur 200 jours. Alors quelle solution retenir ?

(A lire également : les subtilités du calendrier scolaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *