La dictée pour les nuls au Livre sur la Place à Nancy

Sep 17

La dictée pour les nuls au Livre sur la Place à Nancy

La première édition de la “Dictée pour les nuls” à Nancy s’est déroulée dimanche 15 septembre 2013, durant la 35e édition du Livre sur la place.

Jean-Joseph Julaud a lu le texte, dans l’amphithéâtre du Museum Aquarium, à des candidats parfois anxieux.

stan05

Mais, au fait, auriez-vous fait mieux que le meilleur des 200 candidats, venu de Paris, qui n’a trébuché que 3 fois sur le texte “Qui s’y frotte…”, un texte bien sûr orienté sur l’histoire nancéienne.

« Qui s’y frotte… »

 « Qui s’y frotte s’y pique ». Tel est le sens de la devise qu’adopta pour la ville de Nancy le duc René II de Lorraine. Il eût été préférable qu’on vous dictât cette devise dans son latin d’origine afin que sa polysémie pût satisfaire les exégètes de tout poil, mais ceux-là se faisant rares – les exégètes, évidemment -, la version et le thème qui se seraient succédé ne vous transformeront pas en martyr (s).

À ce propos, vous vous êtes tous doutés en venant ici que seraient évoqués la bataille de Nancy, vieille de cinq siècles, et le martyre de Charles le Téméraire transpercé d’un coup de hallebarde puis à demi dévoré par les loups. Vous avez eu raison ! Ajoutons que le soldat qui tua le duc de Bourgogne sombra dans l’acédie et mourut du chagrin de ne  pas avoir épargné sa cible afin de toucher la rançon qui était l’Euro Millions de l’époque.

Vous vous êtes tous dit qu’il serait aussi question de Stanislas Leszczynski et vous ne vous êtes pas trompés ! Stanislas le Bienfaisant, grossiste en consonnes rares, devint duc de Lorraine en mille sept cent trente-sept – cette année-là, naquit en Angleterre un botaniste qui donna son nom au forsythia (il fallait bien que, peu ou prou, une jolie fleur vous perturbât). Quelles merveilles nous a laissées Stanislas ! La place qui porte son nom, la Bibliothèque, l’Académie…

Vous êtes-vous rendu compte que nous sommes presque arrivés à la fin de la dictée sans avoir parlé d’Émile Gallé, le célèbre maître verrier, pionnier de l’Art nouveau, né à Nancy, dont la lampe « Rhododendron » fut vendue plus de cent vingt mille euros à New York voilà six ans ? Et les frères Daum que vous avez espéré croiser, où sont-ils ? Et Jacques Callot, Edmond de Goncourt, Henri Prouvé ou autres célébrités nées à Nancy ? Patience, ils se préparent pour la dictée de l’an prochain !

Jean-Joseph Julaud

Les tests suivants étaient prévus pour départager les ex-æquo.

1-      Une Parigote maigriotte et boscotte, mais bellotte et jeunotte, mangeotte dans une gargote une gibelotte et une matelote aux bonnottes et aux vitelottes, accompagnées de pleurotes et des psalliotes aux échalotes… Quel manque de jugeote : elle eût dû se régaler de bergamotes !

2-      Y a-t-il parmi vous des Messins, des Auscitains, des Biscaïens, des Borains, des Dionysiens, des Acquae-Sextiens et des Hiérosolymitains ? Quoi qu’il en soit, les meilleurs sont sans nulle contexte les Nancéiens !

Après qu’une quinzaine de correcteurs bénévoles aient œuvré, une cérémonie de remise de récompenses a eu lieu en début d’après-midi au Forum Radio-France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *