Formation des enseignants (1e partie) : un retard français

Mar 23

Formation

On peut constater que la formation initiale varie d’un pays à l’autre.

Pour enseigner en pré-élémentaire, la plupart des pays demandent un diplôme de niveau bac+3 ou 4 ; seulement bac+2 en République Tchèque, Allemagne, Irlande, Malte, Autriche et Slovaquie, et master en France, au Portugal ou en Islande.

Pour enseigner en élémentaire, le niveau bac+3 ou 4 est requis pour la plupart des pays, le master en France, République Tchèque, Allemagne, Estonie, Slovénie, Slovaquie, Finlande et Croatie.

De plus les enseignants doivent suivre un programme d’entrée en fonction en Allemagne, Chypre, Estonie, Irlande, Luxembourg, Autriche, Portugal, Roumanie, Royaume Uni, Hongrie, Slovaquie et  Turquie.

La qualification obtenue au terme de la formation (quel que soit le parcours suivi) est d’un niveau universitaire Bac+4.

 

Modèle de formation

Deux modèles existent :

Le modèle simultané, qui combine théorie et pratique, est le modèle majoritaire en Europe, en particulier dans les pays nordiques et les nouveaux pays adhérents.

Le modèle consécutif est minoritaire, la formation pédagogique suit la formation initiale. C’est le cas de la France, de l’Espagne, de l’Italie ou de la Bulgarie. Avec ce type de formation, il est également difficile de prévoir le nombre d’enseignants sur lesquels on pourra compter.

formation
Modèles de formation simultanés et consécutifs

 

Le contenu des formations

Cinq domaines de compétences devraient faire partir des contenus :

  • maîtrise de l’enseignement avec les TICE (Technologies de l’information et de la communication pour l’éducation)
  • compétences professionnelles de gestion et d’administration
  • soutien aux enfants ayant des besoins spécifiques et aux enfants migrants
  • communication avec les élèves
  • gestion des comportements.

Six pays, dont la France, détaillent leurs recommandations dans tous ces domaines. Le Luxembourg et l’Estonie définissent les contenus et le temps à y consacrer, les Pays-Bas et le Royaume-Uni se consacrent plutôt aux compétences à acquérir.

 

Spécialisation dans la/les matière(s)

Dans la plupart des pays européens, la formation initiale reste spécialisée dans une ou deux matières. Les enseignants restent des spécialistes de matières disciplinaires.

Remarquons qu’en France le travail interdisciplinaire est restreint.

 

Le passage à la vie professionnelle

9 pays de l’UE organisent une phase finale qualifiante et 10 mettent en place des solutions de soutien. En Ecosse, Norvège, Irlande et Pays-Bas, trois types de soutien sont intégrés : personnel, social et professionnel. Ils se traduisent par des parrainages, des contributions d’experts, des soutiens par des pairs et une réflexion individuelle.

 

(à suivre dans la prochaine partie : la formation dans différents pays)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *