La réussite scolaire serait-elle héréditaire ?

Août 09

La réussite scolaire serait-elle héréditaire ?

La réussite scolaire dépendrait de l’intelligence des parents et les résultats aux examens seraient influencés par les gènes, et non l’enseignement. C’est ce que montre un scientifique américain au King’s College de Londres dont l’étude révèle que l’intelligence héréditaire pourrait représenter près de 60 pour cent de la réussite d’un adolescent.

  • L’environnement scolaire, la qualité de l’enseignement et de l’environnement de la maison ont moins d’effet sur les résultats des élèves à leurs examens.
  • Le professeur Robert Plomin pense qu’une analyse génétique pourrait éventuellement être utilisée pour identifier des enfants particulièrement doués ou ceux qui auraient des faiblesses intellectuelles.

Certains élèves sont naturellement plus brillants que les autres, ce que suggère une étude faite sur un panel de jumeaux à la fin de leurs études secondaires, soit à l’âge de 16 ans.

La recherche montre que l’intelligence héréditaire compte pour 60% des résultats au GCSE (Certificat général de l’enseignement secondaire), et seulement un tiers pour les apprentissages scolaires.

Vers un enseignement individualisé

Cela suggère une adaptation de l’enseignement qui permettrait un meilleur rendement scolaire en fonction de la carte génétique des enfants.

Le professeur Robert Plomin, qui fonde son étude sur les résultats de l’examen de milliers d’enfants, a déclaré que la génétique avait été négligée en raison de préoccupations au sujet de l’« étiquetage » des enfants.

Mais il a dit que ses résultats pourraient signifier la fin de l’approche généralisée de l’enseignement en faveur d’un système adapté aux aptitudes individuelles.

L’analyse génétique pourrait signaler les forces et les faiblesses d’un enfant dès le début de ses apprentissages, permettant aux enseignants d’identifier la meilleure façon de les aider. « Les enfants démarquent déjà les uns les autres. Ils savent qui est sportif, qui est intelligent ».

« Si nous pouvons lire le génome d’un enfant, nous pouvons prédire et prévenir les maladies. Si nous pouvons lire leur ADN, nous pouvons adapter l’enseignement pour aider un enfant selon ses difficultés d’apprentissage. Certes, c’est pire que s’asseoir dans une salle de classe et sombrer, parce que vous êtes incapable de lire parce que personne n’a identifié que vous pourriez avoir du mal.

Le professeur Plomin, de l’Institut de psychiatrie du King’s College de Londres, dirige l’étude sur le développement des jeunes jumeaux, qui suit les jumeaux nés en Angleterre et au Pays de Galles de 1994 à 1996.

L’analyse des résultats du GCSE de plus de 11.100 d’entre eux a suggéré que l’héritage génétique a eu un impact « important » sur leurs résultats. En science, cela représentait 58 pour cent des résultats, en mathématiques 55 pour cent et en anglais 52 pour cent.

Le QI est lié aux gènes et le professeur Plomin précise que l’avance augmente avec l’âge. « Les petites différences génétiques progressent avec l’âge », dit-il. « Les enfants intelligents lisent plus, et se retrouvent avec des enfants qui lisent plus.

gene2

Le professeur Plomin pense que l’analyse génétique pourrait éventuellement être utilisée pour identifier des enfants particulièrement doués ou ceux qui ont des faiblesses intellectuelles. En lisant le génome d’un enfant (en photo), les adultes peuvent prédire et influencer ainsi la progression scolaire de l’enfant, ainsi que  prévenir les maladies.

Le professeur Plomin croit que les professionnels de l’éducation se sont trop précipités à rejeter l’influence de la génétique et de l’intelligence sur le potentiel scolaire des enfants. Mais il pense que sa recherche peut être utilisée d’une manière positive pour développer l’éducation personnalisée aux besoins particuliers de l’enfant, et se traduira par de meilleurs résultats aux examens.

Le professeur Plomin, un généticien américain, a été invité à présenter ses conclusions aux ministres et aux fonctionnaires du ministère de l’Education britannique.

Une personne du Département de l’Education a déclaré: « Comme la science nous apprenons de plus en plus, un système scolaire décentralisée avec de grands professeurs proposant un apprentissage personnalisé va se développer.”

Les tests sur les jumeaux impliquent généralement des comparaisons entre jumeaux vrais et faux jumeaux – ou ceux qui ont grandi séparément dans des environnements différents.

De l’importance de l’exercice physique

Les filles qui se rendent à l’école à pied réussissent mieux en classe, selon une autre étude.

Une étude a ainsi montré que les enfants qui vont à l’école à pied surpassent ceux du même âge qui s’y rendent en bus ou en voiture.

Faire de l’exercice montre que cela aide le cerveau à se développer et stimule la mémoire.

L’étude de 1700 adolescents espagnols a été publiée dans Archives of Paediatrics & Adolescent Medicine.

source : MailOnline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *