Le Royaume-Uni mène des réformes de l’Education efficaces

Juin 04

Le système éducatif du Royaume-Uni se caractérise par une indépendance grandissante des établissements scolaires, une rationalisation des financements et des administrations responsables des questions d’éducation.

Le cas de l’Ecosse

Le système de réforme est différent, selon que l’on est en Angleterre, Pays de Galles et Irlande qui partagent un socle commun en matière de politique éducative, ou en Ecosse où le gouvernement et son Parlement ont la responsabilité de l’éducation, avec le contrôle de l’Agence de l’éducation et l’allocation du budget. Depuis 2002, l’Agence réoriente le système éducatif vers l’excellence, laissant plus de liberté aux professeurs, dans le but de former une jeunesse performante et responsable.

Une réforme en Angleterre

En Angleterre, la gestion tend vers une autonomie des autorités locales. Chaque collectivité instaure une autorité locale composée de représentants des parents d’élèves, des enseignants, de la commune. Ces autorités supervisent les établissements, elles répartissent les moyens, organisent le recrutement des enseignants, payent tout le personnel. Mais ce sont les conseils d’administration qui nomment les chefs d’établissements.

La formation professionnelle et l’enseignement supérieur sont tous les deux sous la responsabilité du ministère du Travail, de l’Innovation et des Compétences.

La réforme de l’éducation en 2010 visait à augmenter le nombre d’écoles indépendantes à travers l’Angleterre, notamment en facilitant l’émergence des académies, qui sont des écoles indépendantes financées par l’argent public, versé directement par le gouvernement. Aujourd’hui, toutes les écoles publiques peuvent se convertir en académies ; elles peuvent recruter leur personnel selon leurs propres critères, sous réserve de rester cohérent avec le programme national. Elles peuvent même modifier le calendrier scolaire. 27% des écoles publiques ont adopté ce système.

Le problème réside dans la répartition des financements qui se fait par un calcul complexe et opaque. D’où la réforme du gouvernement de Westminster. Le calcul ne sera plus fonction du type d’établissement mais du nombre d’élèves. Ce nouveau système devrait être opérationnel en 2014, avec une année de transition en 2013-2014. L’État continue de financer l’éducation à travers les autorités locales qui vont déterminer une somme forfaitaire à allouer aux établissements de leur zone. Cette somme, servant à financer le salaire du personnel, les dépenses de matériels et de maintenance, seront les mêmes pour tous les établissements publics d’une zone, sans distinction aucune de taille, de localisation ou d’âge des élèves. Ce rééquilibrage verra une baisse des budgets actuels les plus élevés et une augmentation des plus faibles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *