Les enseignants et les nouvelles technologies

Août 29

Les enseignants et les nouvelles technologies

Les années 2000, c’est le changement, changement de siècle mais aussi volonté de placer les nouvelles technologies au cœur de l’enseignement. Quinze ans plus tard, on doit constater que l’on est encore bien loin d’une pleine appropriation de ces nouvelles technologies. Des chercheurs du Service de la recherche de la Haute école pédagogique de Fribourg (Suisse) ont étudié cette lente gestation.

Analyse

Jeanne Rey et Pierre-François Coen ont réalisé une collecte d’information auprès d’une même population d’enseignants suisses du primaire et du secondaire, en 2006 et en 2012. Ils ont ensuite analysé différentes variables : le sentiment de compétence dans l’intégration pédagogique des TIC, l’attrait pour le travail avec les technologies, la valeur perçue en lien avec l’apprentissage des élèves et l’orientation vers soi associée à l’intégration des TIC.

Résultats

Les chercheurs ont constaté une évolution positive au bout de 6 ans. Les enseignants s’estiment plus compétents dans la maîtrise des TIC (technologies de l’information de la communication), dans l’évaluation du potentiel pédagogique et dans l’intégration pédagogique en classe. Toutefois des écarts se creusent entre les enseignants causés par les évolutions technologiques, certains peinent toujours dans la maîtrise des outils informatiques courants. Les femmes s’estiment encore moins compétentes que leurs collègues masculins, par contre les différences liées à l’âge s’amenuisent. Les enseignants du secondaire sont plus méfiants à l’égard des TIC. Enfin, la motivation est le facteur déterminant dans cette utilisation.

Prolongements

Les deux chercheurs vont proposer leurs conclusions en vue de permettre un meilleur ciblage des formations technologies destinées aux enseignants. Les nouvelles technologies, c’est bien, mais dans la pratique sur le terrain il y a encore un long chemin à parcourir. Dans un premier temps, il semblerait judicieux d’encourager les enseignants à travailler ensemble, pour éviter les frustrations dues aux échecs qu’ils pourraient rencontrer.

Consulter l’étude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *