Parents vous nous emmerdez (citation d’un prof, et sa réponse)

Mai 10

pupitreTémoignage d’un professeur

Une prof témoigne sur Rue89 des difficultés rencontrées par les enseignants aujourd’hui. Les profs manquent de plus en plus d’autorité et les parents se croient capables de les remplacer, les jugeant, les évaluant et critiquant leur efficacité.

« Peut-être pourriez-vous… devriez-vous… je ne comprends pas… mais pourquoi ne pas… mais ça sert à quoi vos trucs ? Vous ne pourriez pas plutôt… »

Les parents participent aux réunions avec une quantité de demandes, tant modernes qu’elles soient, qui sont à la limite de la suspicion. Il faudrait tout publier sur internet, répondre aux mails et sms. Le bulletin officiel indique bien ce rôle essentiel des parents.

Cette prof n’est donc plus surprise de recevoir des mails de ce type :

« Pourriez-vous, s’il vous plaît, m’expliquer l’exposé de Machin qui n’a pas compris [comprendre “ écouté ”] les consignes ? »

« Veuillez excuser mon fils qui n’a pas pu lire son livre pendant les vacances car nous étions en croisière en Egypte sur le Nil 😉 ! »

Pour la FCPE, l’école c’est les parents. Si bien qu’ à force d’être « emmerdés » par des papas et des mamans « surprotecteurs », dont l’enfant est roi, à force de se faire contrer nos punitions, nos notes, d’être menacés, d’être dénoncés au rectorat ou ailleurs, petit à petit, on baisse les bras.

En conclusion pour citer cette prof, qui est peut-être l’image de tant d’autres :

« Parce qu’enfin et surtout, les professeurs sont des professionnels, formés et compétents, et pas des sadiques qui s’acharnent sur vos gosses pour 1 600 euros par mois et des vacances en camping. Et que même s’ils font des erreurs, comme tout professionnel formé et compétent, ils restent professionnels et consciencieux.

Vous, parents-râleurs, parents-jugeurs, parents-contreurs, parents-dénonciateurs, vous faites de nous des branleurs, des planqués, des lâches… et petit à petit, ce ne sont plus vos enfants, mes élèves, qui vont m’importer, mais vous lécher les bottes, vous satisfaire, vous jeter de la poudre aux yeux. Et là où avant je me passionnais et je les passionnais, je déguiserai mon cours en un magnifique support informatique que vous prendrez pour la démonstration d’une pédagogie et d’une implication nécessairement efficaces et qui ne sera que le fruit du travail de mon ami qui est webdesigner. »

Source : Rue89

Réponse d’un parent d’élève

La réponse d’un parent ne s’est pas fait attendre.

« Le collège est à refondre entièrement, vos élèves s’emmerdent aussi, certains y sont très malheureux. On leur demande d’être concentrés en permanence, super autonomes dès leur arrivée, mûrs, bosseurs en permanence – comme si on l’était à leur âge ! »

Bien sûr que les parents sont pénibles, mais lorsqu’ils font un mot à un professeur, c’est trop souvent mal interprété et cela peut porter préjudice à l’élève.

Les parents ont des comptes à régler avec l’école, mais ils ne doivent par être les seuls à se remettre en question.

Cette parente affirmait ainsi en guise de conclusion :

« En tant que parent emmerdant, je trouve l’école bien chiante. Je tire mon chapeau aux élèves qui s’emmerdent eux aussi parfois 7 heures par jour… Courage quand même, c’est un métier difficile ! »

Source : Rue89

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *