Réforme de la grammaire, de quoi se perdre un peu plus

Jan 09

Encore une réforme pour rien, qui au lieu de simplifier la compréhension va peut-être la complexifier.

De nouvelles règles de grammaire !

Au cours moyen, on ne doit plus parler de complément d’objet direct (COD), ni de complément d’objet indirect (COI), et encore moins de complément d’attribution… Maintenant c’est le prédicat qui remplace ces termes. Trop compliqué pour des élèves de cet âge ? Peut-être qu’en terminale, apprendra-t-on à construire une phrase et en comprendre ces composants.

Le prédicat

Dans la grammaire traditionnelle issue d’Aristote, les mots sujet et prédicat s’opposent : le sujet étant « ce dont il s’agit » (ce qui est considéré comme connu), et le prédicat, « ce que l’on dit du sujet » (autrement dit, l’information nouvelle). Le prédicat est alors l’équivalent du syntagme verbal — c’est-à-dire du verbe, accompagné de tous ses satellites (à l’exclusion du sujet)

Autre nouveau terme en vogue pour 2017 : le complément de verbe.

Nouveauté ou reprise de la grammaire nouvelle de 1973 ?

La mouture 2016-2017 :

Peut-être certains se souviennent-ils du Genouvrier, la grammaire nouvelle des années 1970 ?

On y apprenait le complément de nom, le complément de verbe, le complément de phrase, les Que P ou Qui P. Exit alors les COD, COI et autres structures « ancestrales » dans cette grammaire structurale. C’est le retour de la décomposition selon l’axe syntagmatique.

La phrase était décomposée sous forme d’arbre, tel cet exemple :

La même phrase complétée par un complément de verbe :

Par rapport aux nouvelles instructions, si l’on remplace le premier GN par Sujet et le GV par prédicat, hormis la présentation il y a fort peu de différence.

Que faut-il en retenir ?

Il faut bien que nos ministres laissent leur empreinte en changeant les programmes, mais y a-t-il vraiment évolution ? Les élèves écriront-ils mieux ? Parleront-ils mieux ? Pas si sûr, sauf s’ils consentent à travailler. Le seul écueil immédiat serait de laisser des parents désemparés, incapables de suivre leurs enfants et de comprendre ce qu’ils font. Mais faut-il que les parents comprennent tout ce que font leurs enfants, sont-ils professeurs de maths, de français, de langues et autres matières. L’important est de les suivre.

Par contre, avec certaines lacunes et l’abandon des COD par exemple, sera-t-il aussi facile d’apprendre une langue telle que l’allemand et ses déclinaisons, langue où la grammaire à son importance ?

Quant aux élèves, auront-ils plus de difficultés ou de facilités à apprendre une nouvelle grammaire ? Il n’y aura sans doute que peu de changement, il est possible de leur transmettre « n’importe quel savoir » à condition qu’ils en aient envie.

2 Commentaires

  1. jeanne /

    La grammaire nouvelle a l’avantage de faire comprendre aux enfants comment fonctionne la langue la langue et non seulement de la nommer. Elle n’est de plus pas inaccessible aux parents. En tout cas,je la comprends mieux et j’arrive par ce biais à me saisir de l’ancienne terminologie

    • letroisg /

      Arguons que cette nouvelle grammaire vous fasse progresser encore plus en français…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *