Stages en entreprise pour les chefs d’établissements

Déc 02

Rapprocher l’école et l’entreprise, Najat Vallaud-Belkacem annonce de nouvelles mesures. Après le rapprochement Education Nationale et Microsoft, voilà maintenant le rapprochement Education Nationale et Peugeot.

Formation des chefs d’établissements

Les futurs chefs d’établissements et inspecteurs vont devoir faire un stage en entreprise. Dans leur formation de 56 heures « un stage obligatoire d’une semaine ( 35 heures) en entreprise viendra alimenter ce parcours de formation ».

Amélioration du calendrier des stages

La ministre de l’Education nationale prévoit d’autres innovations sur les stages de 3e en initiant essentiellement plusieurs mesures, suivant les propositions du Conseil national économie. « Nous allons étaler ces stages de 3e sur l’ensemble de l’année scolaire », ajoutant à propos du stage de troisième que « son utilité est avérée, mais pour qu’il soit pleinement utile aux élèves, il faut en améliorer la préparation, c’est-à-dire avant même qu’ils se mettent à en chercher un, aborder avec eux des sujets comme les codes de l’entreprise, les techniques de recherche d’un stage, ce qu’on entend par stage +d’observation+ etc., bref lever les implicites. Dans certaines académies, les élèves sont systématiquement préparés à leur stage de troisième, dans d’autres non. Toutes le feront désormais ».

Aides aux tuteurs de stages

Les élèves ont souvent des difficultés à trouver des stages et les entreprises hésitent à encadrer les élèves. La ministre ajoute « beaucoup d’entreprises ne se sentent pas assez outillées pour bien accueillir ces jeunes. Nous allons créer un MOOC pour aider les tuteurs de stage à le faire et à définir le contenu du stage ». Afin d’aider les élèves à trouver des stages, 330 pôles de stages sont déployés. Ces « brigades » sont constituées de chefs d’établissements et chefs de travaux, épaulés par 660  jeunes en service civique qui sont chargés de démarcher les entreprises, nouer des partenariats…

Amélioration des stages

Le stage de 3e est maintenu, mais la « découverte professionnelle 3 heures » est supprimée et remplacée par le parcours Avenir, parcours qui court de la sixième à la terminale.

Les différentes mesures présentées mercredi s’inspirent notamment de recommandations du Conseil national éducation-économie (CNEE) et d’un rapport de Christiane Demontès, chef de la mission évaluation des partenariats de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur avec le monde économique pour l’insertion professionnelle des jeunes.

Rapport Demontès

Le parcours Avenir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *