Tweeter en classe

Mai 03

 twitter_1

Des enseignants utilisent Twitter comme un outil pédagogique.

“Dans la rue, j’ai vu une fée qui faisait apparaître un dauphin et une framboise.” Chaïma n’est qu’en CP, mais elle a déjà l’âme d’une poète. Cette petite phrase, la fillette de six ans l’a imaginée pour un tweet. Un nouvel outil utilisé avec plus ou moins d’assiduité par près de 300 classes francophones dans le monde, dont plus de la moitié en primaire, à des fins pédagogiques.

Une charte signée par tous les élèves est affichée au mur, et le professeur rappelle à chaque cours qu’on ne peut pas tout écrire sur Twitter. On peut raconter une histoire ou dire ce qu’on apprécie, s’essayer aux mathématiques ou aux sciences via des défis avec d’autres CP francophones rencontrés sur le réseau social.

twitter_2Ce moyen permet de valoriser les élèves. Ceux qui peinaient lors de l’exercice de lecture se révèlent très à l’aise et aident les traditionnelles têtes de classe.

L’objectif en CP n’est pas qu’ils sachent utiliser un réseau social, mais qu’ils écrivent le plus possible. Avec Twitter, la notion d’être publiés et lus est très importante et donne l’envie d’écrire. Sur Twitter, l’angoisse des élèves s’efface.

Un téléphone pour modem !

Six mois ont été nécessaires pour monter le projet en accord avec l’académie, puis la coopération d’un bienveillant formateur en informatique pour bidouiller le téléphone portable personnel du professeur en modem, et pallier ainsi l’absence de Wi-Fi dans l’école – principe de précaution sur les ondes oblige. Les élèves de cette ZEP disposent de dix tablettes.
(une classe de CP de Paris 19e – @CPB17Tanger)

Source : Extrait du Point du 24/04/2013

Ce cas n’est pas isolé, mais il fait tout de même preuve d’avant-gardisme. Telle cette classe de CE1-CE2 d’un village landais qui produit régulièrement des textes et les fait partager à ses 200 abonnés. Les programmes de l’école primaire demandent que soient maîtrisées les techniques de communication, l’envoi de messages par le biais du numérique. Comment faire progresser les élèves et leur donner le goût de l’écriture, n’est-ce pas là un bon moyen ?

Dans cette classe, quelques règles sont définies, et la production s’effectue en trois temps :

  • Production au brouillon
  • Recopie sur une feuille de tweet
  • Copie sur tablette ou ordinateur

twitter_0Mais avant toute publication, le travail est vérifié : « Combien y a-t-il de phrases ? Sont-elles correctes ? N’y a-t-il pas d’erreurs si je veux publier ? ». Toute une approche de l’écriture, bien plus concrète, avec un public lecteur varié qui sans doute répondra à ces jeunes « producteurs d’écrits ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *