ABCD de l’égalité

Jan 14

ABCD de l’égalité

La transmission des valeurs d’égalité et de respect entre les filles et les garçons est une des missions essentielles de l’école définie par la loi de refondation de l’Ecole de la République. C’est ainsi qu’en 2014 Année de l’égalité de l’école, Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, et Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes, ont mis en place une expérimentation auprès de 600 classes des « ABCD de l’égalité ».

Que vise ce programme ?

Ce programme vise la réduction des écarts de réussite scolaire et d’orientation entre les filles et les garçons. « Agir sur les représentations des élèves et les pratiques des acteurs de l’éducation », tel est l’objectif. Ce programme a débuté dans 10 académies volontaires : Bordeaux, Clermont-Ferrand, Créteil, la Corse, la Guadeloupe, Lyon, Montpellier, Nancy-Metz, Rouen et Toulouse. Il sera ensuite évalué avant sa mise en place généralisée à la rentrée 2014.

Des orientations stéréotypées

Les ministres s’engagent à mettre en place l’égalité entre les filles et les garçons. Le constat est que « l’école reproduit encore trop souvent des stéréotypes sexistes. La manière d’interroger, de donner la parole, de noter, de sanctionner et évidemment d’orienter, révèlent des représentations profondément ancrées sur les compétences supposées des unes et des autres. L’école est loin d’être neutre du point de vue du genre. ». C’est ce que disent les spécialistes qui remarquent que dans les manuels scolaires de littérature, d’histoire et de mathématiques, les représentations masculines sont plus nombreuses. La place des femmes est souvent minimisée, particulièrement en sciences.

Vouloir modifier l’image et les orientations

L’idée première est d’orienter les filles vers certains métiers, en fonction des besoins du marché du travail. La sensibilisation et le site internet dédié suffiront-ils à modifier les pratiques ?

On peut s’interroger sur l’efficacité des moyens mis en œuvre en prenant à titre d’exemple les réalités actuelles de l’éducation nationale. A commencer par son personnel, très loin d’être égalitaire. L’école primaire, cible de cette mission, respecte-t-elle l’égalité hommes-femmes dans son personnel, avec 82% de femmes ? Elles ne représentaient que 65% des effectifs en 1954 ! Que dire même du Ministère de l’éducation nationale qui n’a jamais connu de femme ministre ? Comment alors pouvoir mettre en application les principes prônés par certains pédagogues et philosophes, au niveau des enfants alors qu’ils ne sont pas respectés pour les adultes ? Y a-t-il égalité dans la répartition des postes à responsabilité, ou même dans la répartition des salaires ?

Faut-il également changer ou différencier les formulaires, tels les fiches d’inscription à tel ou tel examen, où il est écrit « FICHE CANDIDAT » ? Pourquoi ne pas créer aussi un formulaire «  FICHE CANDIDATE » ?

Va-t-on suivre l’exemple suédois où déjà plusieurs crèches pratiquent la neutralité du sexe. Ainsi, de nombreux parents élèvent leurs enfants de façon neutre, dans le but de leur donner plus de possibilités pour leur avenir. Ainsi, par exemple, grandit Pop dont on ne connait toujours par le sexe, et qui peut s’habiller tantôt avec une jupe, tantôt avec un pantalon !

Dans notre langue, nous avons le genre masculin et le genre féminin. D’autres langues possèdent également le neutre, comme l’allemand par exemple ! Alors, allons au bout du raisonnement et modifions également notre langue en conséquence… ou attachons nous à faire des réformes fondatrices et non proches du ridicule.

Pas de commentaires

Rétrolien/Ping

  1. Gender : Vincent Peillon écrit à tous les directeurs d’école - Letroisg | Letroisg - […] mettant en avant la lutte contre la théorie du genre ; de l’autre le dispositif gouvernemental ABCD de l’égalité, mis…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *