Une rentrée sous le signe des valeurs de la République

Août 26

Une rentrée sous le signe des valeurs de la République

Une charte de la laïcité

Une charte de la laïcité sera affichée « dans tous les établissements » scolaires publics d’ici à la « fin septembre », annonce Vincent Peillon. Cette mesure avait été annoncée fin septembre 2012 et fera l’objet d’une heure de « morale laïque » à partir de 2015 pour les écoliers et les collégiens. « Chacun est libre de ses opinions. Mais pas de contester un enseignement ou de manquer un cours ». Vincent Peillon espère toutefois que « la question de la laïcité ne (tourne pas) à l’obsession de l’islam. La très grande majorité de nos compatriotes musulmans est convaincue des bienfaits de la laïcité. ». La loi prévoit un enseignement moral et civique pour former à la liberté de jugement, aux capacités d’émancipation, aux droits et devoirs.

Une charte de la laïcité dans les services publics existait déjà sous le précédent gouvernement. Des nouveautés sont-elles prévues ?

Enfin, Vincent Peillon veut que cette rentrée 2013 soit aussi la rentrée des valeurs de la République à l’école.

Une rentrée qui se veut ambitieuse…

… mais en aurons-nous les moyens ?

C’est la première rentrée scolaire entièrement préparée par la gauche. Vincent Peillon rappelle les actions du gouvernement avec la création de 6 700 postes, et « le retour de la formation des enseignants avec la création des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation ».

Il souligne également la mise en œuvre de « moyens inédits en faveur de l’accueil des petits en maternelle et pour l’école élémentaire, où nous permettons la présence de deux professeurs dans une classe ».

Il rappelle également que « les derniers concours ont montré un regain d’intérêt significatif pour le métier d’enseignant », avec « 39% de recrutements de plus en un an », même si des difficultés subsistent en mathématiques ou en anglais. Soulignons néanmoins que certains étudiants ont réussi leur concours avec une moyenne de 4 sur 20 !

Vincent Peillon se félicite enfin de la réussite de la lutte contre le décrochage scolaire. « A ce jour, nous avons déjà rattrapé 13.000 jeunes de nouveau accueillis en formation, avec un objectif d’atteindre 20.000 en décembre. Notre ambition de diviser par deux le nombre de décrocheurs d’ici la fin du quinquennat est bien engagée ».

Des lacunes subsistent toutefois « 25% des élèves entrent au collège sans maîtriser les apprentissages fondamentaux » en France, « pays de l’OCDE qui accorde le moins de moyens à l’école primaire. »

Des priorités pour améliorer la réussite scolaire

« Les 60 000 créations de postes durant le quinquennat doivent nous permettre de réduire le nombre d’élèves par classe et de mieux assurer les remplacements, qui sont devenus un véritable problème ». Ces créations permettront-elles de ne plus atteindre 30 élèves par classe en maternelle, ou favoriser l’accueil des 2 ans ?

La France est le pays de l’OCDE qui accorde le moins de moyens à l’école primaire. Des dispositifs nouveaux et des moyens inédits seront mis en place en faveur des petits en maternelle et pour l’école primaire, avec la présence de deux professeurs dans une classe. On peut toutefois se demander comment faire pour mettre deux enseignants par classe ; ils sont déjà 300.000 en primaire, faudrait-il alors doubler ce nombre ?

Le redoublement est une exception française est n’est utile qu’une fois sur quatre. Il faut agir autrement, avec un soutien adapté, des remises à niveau ou un meilleur accompagnement. On semble encore bien loin d’un enseignement individualisé qui permettrait à chacun de suivre son rythme d’apprentissage.

En ce qui concerne les devoirs à la maison, la réponse du ministre se contente de dire que le maximum doit être fait à l’école ! Enfin, à propos de la fin du collège unique, des décisions seront prises dans l’année.

La réforme des rythmes scolaires reste bien timide, même si pour le ministre « un meilleur temps scolaire pour apprendre, un meilleur temps péri-éducatif pour s’épanouir : c’est un progrès et c’est l’intérêt des enfants ». Dans quelle mesure cette réforme va-t-elle pouvoir s’appliquer ? Quant à raccourcir les vacances, il n’en est pas encore question, du moins tant que la réforme de la semaine pour l’école primaire ne sera pas achevée ! C’est bien dommage, cela aurait dû faire partie de cette réforme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *